· 

Compte rendu de la soirée du 20 février

Compte rendu de la soirée du 20 février 2018

19h33, la séance démarre sur les chapeaux de roue avec les présentations des trois invitées Marina, Sabine et Laurence par Tristan.

Maell, l’animatrice de la soirée, prend le relai avec une entrée en matière originale sur le thème du cirque. En tant qu’évaluatrice générale, Svetlana présente son équipe d’évaluateurs. Avec l’éloquence qui lui est propre, Bernard nous présente le rôle de grammairien et nous défie d’utiliser le mot du jour « disruptif ».

 

Philippe donne une explication efficace de sa tâche de chronométrage. Une fois ces formalités usuelles achevées, nous entrons dans le vif de la soirée.
Pour la première fois, Julia anime l’atelier des improvisations. Grâce à son imagination débordante, nous découvrons des talents jusqu’ici inconnus de nos chers toastmasters.
Dans un enchevêtrement de pylônes à haute tension, Laura, agent immobilier émérite, nous vend les charmes d’une belle bâtisse adossée à une puissante centrale nucléaire.
Puis, dans la veine du film « Soleil Vert »,  Alessandro vient nous vendre du rêve avec  sa poudre de perlimpinpin qui permet de sauter des repas tout en conservant une alimentation savamment équilibrée.
Avec un ton enjoué, Silvia, qui n’a pas un poil dans la main, se lance tête baissée dans l’élevage de « chiens sans poils » avec la bénédiction de son mari et de ses voisins.
Enfin, Sabine, notre courageuse invitée, s’incarne en décoratrice d’intérieur et nous persuade de repeindre tous nos bureaux en rose pour améliorer productivité et ambiance de travail.
En tant que Vice-Président Education, Tristan nous rappelle les objectifs du club pour cette année.
Pour son deuxième discours, Virginie nous emmène dans la ville de Londres, cette « vieille dame » qui reste d’après son récit très pétillante, attirante, voire sulfureuse malgré son grand âge.
Ensuite, Dorothée simule le passage de son examen oral d’auxiliaire puéricultrice devant un jury composé de trois évaluateurs expérimentés : Siegfried, Wendy, Myriam.
Enfin, dans son neuvième discours intitulé « ils ont besoin de vous », Carole nous persuade de nous engager pour le YLP, Young Leadership Program, pour éradiquer la glossophobie dans le monde.
Philippe nous régale d’une pause équilibrée et chronométrée : fruits secs, saucissons, clémentines, olives, flan, tartes aux pommes, le tout arrosé d’un cidre brut et rafraichissant.
Evaluateur des improvisations, Sylvain félicite Julia pour ses choix de sujet qui étaient basés sur la persuasion. Sur chaque improvisation, Sylvain nous fait revivre les différentes scènes en ajoutant sa touche personnelle et toujours très humoristique.
Sylvia salue la bonne structure du discours de Virginie, ses transitions. En piste d’amélioration, Sylvia invite Virginie à ralentir son rythme d’élocution.
Puis se succèdent en mode concours les trois évaluateurs de la prestation de Dorothée : Myriam, Wendy et Siegfried. Dorothée reçoit ainsi une multitude de commentaires bien utiles. Siegfried bien essoufflé par l’ascension précipitée des escaliers nous promet qu’il va se remettre au sport dès ce weekend… à suivre !
Antony entre en scène survolté à la sauce YMCA pour fêter l’existence du YLP et distille félicitations et encouragements pour Carole. Sa prestation est un bel exemple de variété vocale.
Bernard présente son rapport de grammairien tel qu’il est décrit dans le manuel,  c’est-à-dire notamment sans mentionner les noms des personnes visées. En bref, « on » est un pronom malhonnête. On ne doit pas dire « ceci dit », mais « cela dit » ou « ceci étant dit ». Bannissons « par contre », utilisons « en revanche ». Prenons le temps de construire de belles phrases balancées avec des verbes plus recherchés qu’être, faire et avoir…
Philippe, au rapport du chronométreur, annonce que Sylvain n’a pas dépassé son temps. L’audience peine à couvrir son fou rire par ses applaudissements.
Svetlana commente l’ensemble de la soirée en saluant le choix original des improvisations. Elle enjoint Dorothée de lâcher prise pour ne se laisser guider que par ses idées et non strictement par des mots prédéfinis. Elle remercie Bernard pour sa prestation très instructive.
Maell remet le titre de meilleur improvisateur à Silvia, celui du meilleur orateur à Virginie et celui du meilleur évaluateur à Antony.
La soirée s’achève. C’est un deuxième essai transformé pour Marina qui décide de rejoindre le club sur le champ.
Satisfait de sa soirée, notre directeur de secteur, Bilal prend brièvement la parole pour saluer non seulement la bonne gestion du club mais aussi la grande qualité des évaluations qui dépasse largement la flagornerie en donnant avec bienveillance de franches recommandations utiles aux orateurs.

Écrire commentaire

Commentaires: 0